Archives mai 2005 - septembre 2013
Logo du site
Institutionnel
Publications
Actualité
Ressources

flèche décorativeDes statistiques ethniques inutiles, inadaptées et dangereuses

28 juillet 2011

Le Haut Conseil à l’intégration rappelle sa ferme opposition aux statistiques ethniques c’est-à-dire fondées sur la couleur de peau et/ou appartenant à de prétendues "races", pour des raisons tant pragmatiques qu’éthiques. Elles sont parfaitement inutiles, inadaptées et dangereuses.

Inutiles, parce que notre législation, comme l’a rappelé en février dernier le Comité pour la mesure de la diversité et des discriminations (Comedd) permet l’utilisation de données issues de l’état civil, comme le pays de naissance ou la nationalité, pour les statistiques publiques. En outre, le Conseil Constitutionnel, en 2008, le Président de la République et la Commission de révision du préambule de la Constitution présidé par Mme Simone Veil en 2009, avaient déjà exclu fermement l’utilisation de statistiques ethno-raciales.

Inadaptées aussi pour mesurer les vraies inégalités, les injustices et les discriminations. En effet, comme de nombreuses études l’ont mis en évidence, les difficultés que rencontrent les descendants directs d’immigrés sont dues, à l’école par exemple, prioritairement au fait qu’ils appartiennent, majoritairement à une famille ouvrière ou employée.

Dangereuses enfin, parce qu’elles sont une réponse simpliste à des revendications légitimes d’égalité des droits, en faisant miroiter des places à quelques individus, sans se préoccuper du plus grand nombre et de la nécessaire égalité des chances. En outre, le recours aux statistiques ethniques aurait pour principal effet d’inviter nos compatriotes à raisonner en termes de "races" et ainsi, à conforter, voire à créer de toutes pièces des communautarismes.

Aussi, le Président du Haut Conseil à l’intégration s’étonne du caractère injurieux à l’égard de la République des propos du Haut Commissaire à la diversité, pour qui le refus de mesurer les discriminations en recourant aux statistiques ethniques s’appuie sur "le prétexte fallacieux d’une France indivisible et de poncifs républicains".