Archives mai 2005 - septembre 2013
Logo du site
Institutionnel
Publications
Actualité
Ressources

flèche décorativePAS D’INSTRUMENTALISATION DE LA LAICITE

9 mars 2011

Pour le président du HCI (Haut Conseil à l’Intégration), Patrick Gaubert, la laïcité est sans doute la valeur républicaine la plus violemment attaquée par des groupes minoritaires instrumentalisant la religion et manipulant les esprits. La transmission des éléments de la culture républicaine française, démocratique et laïque pose problème auprès de certains publics depuis trop longtemps déjà. Alors voici la laïcité placée une nouvelle fois au cœur du débat public et l’on peut s’interroger sur l’instrumentalisation dont elle fait l’objet, une fois encore. L’intrusion agressive du religieux dans la sphère publique depuis 1989 avec l’affaire du port du voile islamique à l’école ne semble pas avoir trouvé de solution pérenne en dépit des lois votées. La question continue de se poser, dans les hôpitaux publics, dans l’entreprise, dans les universités, et même dès la crèche comme l’affaire Baby Loup l’a illustré. Le Haut Conseil à l’intégration (HCI) a déjà exprimé son analyse : la laïcité est un principe de concorde sociale ayant pour but d’établir un consensus et non de diviser la société, non de dresser les Français les uns contre les autres.

Le HCI avait formulé, voici un an, douze recommandations concrètes* dont certaines sont de nature législative, portant entre autres sur "le principe de laïcité appliqué à tous les collaborateurs occasionnels du service public", sur le développement à l’école d’une "pédagogie de la laïcité", sur les règlements intérieurs des universités afin de soustraire l’enseignement et la recherche à toutes pressions religieuses. Enfin, le HCI proposait, d’insérer dans le code du travail un article pour que les entreprises puissent intégrer dans leur règlement intérieur des dispositions relatives aux tenues vestimentaires et au port de signes religieux pour des impératifs tenant à la sécurité, au contact avec la clientèle ou à la paix sociale interne" et de traiter aussi des pratiques religieuses dans l’entreprise (prières, restauration collectives, etc.)
Au regard des propositions existantes, n’est-il pas plus urgent d’agir que de lancer un énième débat sur ce sujet au risque de stigmatiser l’ensemble de nos compatriotes musulmans ? Le HCI, comme d’autres institutions, a travaillé longuement et fait des propositions sur ces enjeux. Aux responsables politiques de s’en saisir pour agir et aux responsables du culte musulman d’affirmer, sans ambiguïté, que la loi républicaine prime sur la loi religieuse.

Patrick Gaubert président du Haut Conseil à l’intégration

Paris le 07 mars 2011